Publication du livre : “Vivre libre et heureux, ce qu’on ne nous apprend pas à l’école”.

Le temps passe vite et pour peu qu’on laisse glisser sa vie, on se retrouve à la retraite avec pas mal de regrets, une santé chancelante, et une énergie incertaine.

J’ai réalisé récemment un rêve. Un rêve que je ne pensais plus possible. Faire le tour du monde, en famille.
Et pendant cette année de voyage, j’ai ressenti une liberté et un bonheur, presque oubliés.

J'ai décidé de vivre libre et heureux, et vous ?
Vivre libre et heureux, ce que l’école ne nous apprend pas.

Le but de ce périple n’était pas d’être heureux ou d’être libre. Pourtant, c’est ce que j’en ai retenu.

De retour en France, je me suis demandé : “Et pourquoi pas continuer ? Qu’est-ce qui m’a permis d’atteindre cet état ?”

Durant ma vie, j’ai beaucoup appris. J’ai dû passer des milliers d’heures sur un banc, en entreprise, avec des clients, en lisant… Mais quand je fais le bilan de ce que tout ce que j’ai appris, je ne retrouve pas grand chose qui m’ait vraiment aidé à trouver le bonheur.

Apprendre à vivre libre et heureux ?

Notre culture nous laisse très seul sur le sujet. A croire que ce n’est pas important. Nos sociétés ont pourtant tout à y gagner. Le bonheur est générateur d’engagement. Les entreprises qui mesurent le bien-être au travail et en font un outil de ressources humaines obtiennent des résultats étonnants. Le Boutang a introduit le Bonheur National Brut dans sa constitution en 2008, qu’il considère comme un indicateur plus fiable de la santé du pays que notre fameux PNB.

Il y a certes la philosophie. Mais elle n’arrive que très tard dans notre éducation, avec une image élitiste, un peu excluante. Et puis, elle n’est vraiment pas tournée vers le concret.

Nous avons en revanche beaucoup de modèles de personnes qui ont… tout pour être heureux. Alors, on pense qu’elles le sont car c’est l’image qu’elles nous envoient. Et parfois, voir leurs failles nous rassure sur notre condition.

Le bonheur comme objectif de vie

Pourtant, c’est prouvé scientifiquement. Selon le psychologue Tom G. Stevens, Ph.D., auteur du livre You Can Choose to Be Happy, les gens les plus heureux sont invariablement ceux qui font de leur bonheur un objectif de vie.

Et bien alors, allons-y. Depuis mon retour, je me documente, je teste, j’écris. Et, je me rends compte que ça marche.

Et le plus beau dans tout ça, c’est que je me sens également mieux dans mes relations avec mes proches, mes amis. Même ma santé se porte mieux ! (J’ai une maladie inflammatoire qui est stabilisée).

Réunir les principes fondamentaux dans un livre

Il ne s’agit certes pas de construire des remparts d’autopersuasion. Je ne dis pas qu’il n’y a qu’une seule voix pour vivre libre et heureux. C’est au contraire très subjectif. Pourtant, la littérature, la science, la philosophie convergent dans ces domaines : la qualité de notre relation aux autres, notre degré d’attachement aux choses, notre capacité d’action sont des facteurs de bonheur sur lesquels nous avons la main.

Je relate dans ce petit livre les domaines sur lesquels nous avons la possibilité d’agir pour mettre toutes les chances de notre coté.

Tout comme la chance, le bonheur n’a rien à voir avec le hasard.

Bonne lecture !

Vivre libre et heureux, ce qu'on ne nous apprend pas à l'école

Pour recevoir gratuitement le livre : 
"Vivre libre et heureux,
ce qu'on ne nous apprend pas à l'école"

Photo : makemedream.com

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

2 réflexions au sujet de “Publication du livre : “Vivre libre et heureux, ce qu’on ne nous apprend pas à l’école”.”

Laisser un commentaire